Dans la salle de contrôle idéale, l’homme et la machine font équipe
Lire Plus
Innovations intelligentes

Dans la salle de contrôle idéale, l’homme et la machine font équipe

Avec une trentaine de projets réalisés et quatre autres dans le pipeline àBruxelles, le concepteur Denis Javaux sait parfaitement à…

Avec une trentaine de projets réalisés et quatre autres dans le pipeline à
Bruxelles, le concepteur Denis Javaux sait parfaitement à quoi
ressemblera la salle de contrôle du futur. “Il ne suffit plus de s’équiper
d’un immense et unique écran!”

L’automatisation ne fonctionne que si les opérateurs (humains) disposent
des connaissances et des compétences nécessaires pour intervenir aux
moments cruciaux. Dans la pratique, c’est souvent là que le bât blesse,
lance Denis Javaux, concepteur de salles de contrôle chez Symbio. “Dans
les années 80, lorsque les avions ont commencé à voler en pilotage
automatique, quelques accidents importants se sont produits. Les pilotes
ne comprenaient pas comment les ordinateurs fonctionnaient, ils
réagissaient trop lentement ou de manière inappropriée. En bref: l’homme
et la machine ne formaient pas une équipe.”

Ces problèmes se retrouvent aujourd’hui dans les accidents avec les
voitures autonomes. Les conducteurs ne surveillent pas suffisamment le
pilote automatique. Ils réagissent mal ou trop tard. Il en va de même
dans les salles de contrôle, poursuit Denis Javaux. “Ceux qui font
confiance à 100% à l’automatisation perdent leurs compétences. Une
interaction parfaite entre l’humain et la machine est essentielle si l’on
souhaite qu’une salle de contrôle fonctionne à la perfection.”

Une salle de contrôle n’est pas un espace statique mais une machine
flexible, opérationnelle et connectée

Denis Javaux, concepteur de salles de contrôle chez Symbio

De pilote automatique à copilote

La solution? Des formations régulières du personnel aux situations
inhabituelles. “Bientôt, des systèmes adaptatifs vérifieront si les
opérateurs sont suffisamment attentifs ou s’ils s’occupent d’autres
tâches”, ajoute Denis Javaux. “Ils adapteront ensuite leur niveau
d’automatisation à la situation. L’automatisation ressemblera de plus en
plus à un copilote au lieu d’un pilote automatique.” Autre concept à reconsidérer : un immense écran sur lequel sont rassemblées toutes sortes d’informations. Nous sommes habitués à ces salles de contrôle notamment utilisées par la NASA lors du lancement des fusées. Dans la pratique, cependant, ils ne sont plus nécessaires que pour certains types de salles. La tendance actuelle est à l’installation d’écrans conventionnels, individuels ou partagés, proches de l’utilisateur. Plus ergonomiques, clairs et conviviaux.

Plateforme d’innovation

Symbio collabore avec la société bruxelloise Namahn autour de la mise en
place de quatre nouvelles salles de contrôle à Bruxelles: le réseau de
métro de la STIB, le contrôle des tunnels et des feux de signalisation de
Mobiris, le superviseur de réseau d’électricité Coreso et les consoles du
réseau Thalys. Tous ces projets présentent un point commun, selon Denis
Javaux: “Ils sont future proof, ce qui signifie qu’ils ont été conçus de façon
à être flexibles. Aucune salle de contrôle ne restera 10 ans sans être
adaptée. La technologique évolue à vitesse grand V.”

Une salle de contrôle future proof est une plateforme où il est possible
d’ajouter de nouvelles technologies, qu’il s’agisse de matériel ou de
logiciels. On peut également modifier l’emplacement de certains
segments, bureaux, écrans ou consoles pour profiter au maximum de ces
changements. “Une salle de contrôle n’est pas un espace statique”,
conclut Denis Javaux. “C’est une machine flexible, opérationnelle et
connectée qui, sous l’influence des nouvelles technologies, par exemple la réalité virtuelle dans les services à distance, connaîtra une vraie révolution
dans les années à venir”.

Les contrôleurs seront chaque jour plus connectés entre eux et avec des
collaborateurs externes. Smartphones et tablettes feront partie intégrante
des opérations de sécurité, ce qui permettra de transmettre encore plus
de données en temps réel. Une communication numérique fluide et fiable
devra être établie entre les sources. Cela représentera un must absolu
pour les salles de contrôle de demain.”

Article précédent
Article
Innovations intelligentes

“Notre futur est dans l’image guiding”

Article suivant
Article
Innovations intelligentes

Bientôt, nous avalerons des robots